1er juin – 31 août 2021 / Les images où tu n’es pas / Montage

GUSTAVO DE MATTOS JAHN est en résidence à La Générale pour son projet « Les images où tu n’es pas », produit de la pandémie, réflexion sur le fait d’être en mouvement à cette époque et de chercher encore à se réinventer. 

CV

Portfolio

 

—————

 

LE PROJET :

« Les images où tu n’es pas »

C’est un projet de film expérimental dans lequel j’ai l’intention de travailler avec les images et les sons enregistrés avec mon téléphone depuis mars 2020. C’est à cette
époque que j’ai commencé à déménager progressivement de Berlin à Paris. Ma venue à Paris coïncide également avec un moment de changement personnel. Après
avoir partagé une vie à deux pendant près de 20 ans, je me suis séparé.  En ce sens, le travail que j’ai l’intention de faire est proche des films journaux ou des
lettres, comme les œuvres de Jonas Mekas et Alain Cavalier. C’est un produit de la pandémie, une réflexion sur le fait d’être en mouvement à cette époque et de chercher
encore à se réinventer.
L’idée de travailler avec du matériel numérique reflète ce besoin de réinvention, car jusqu’à présent, j’ai travaillé presque exclusivement avec des films 16 mm, dans les  domaines du cinéma expérimental et de l’art contemporain. D’autre part, le besoin de  faire un film délimité par cette période qui coïncide avec ma venue en France vient d’un désir toujours plus fort de trouver ma propre voix. Ainsi, « Les images où tu n’es pas » ne parle pas seulement de quelqu’un qui n’est pas là, ou même qui manque dans les images, mais d’un autre moi qui commence à exister dans et par ces images.
Dans l’une des premières images que j’ai réalisées, quelques jours après le début du premier confinement, j’ai filmé la vue depuis ma fenêtre dans le 17e arrondissement de
Paris. Répondant à la demande d’une amie journaliste au Brésil, je me présente et lui raconte un peu la situation à Paris. Je l’ai coupé avant de finir de parler. Cette petite
scène est un document, comme d’autres le sont aussi sur d’autres plans, plus ou moins poétiques, plus ou moins solitaires. Ces images et ces sons sont des traces d’une  trajectoire et contiennent en eux-mêmes les prochaines étapes, le futur, l’avenir.
Au moins deux couches de temps se superposent, celle des images elles-mêmes, et celle de la mémoire, qui activée par les images raconte des histoires à leur sujet, établit des
liens et tisse une toile avec les fils de la fiction et de la réalité. L’idée est de donner à l’œuvre une forme d’album, avec des images en mouvement et des images fixes, des
textes parlés et écrits, le tout s’entremêlant dans un seul flux, comme un livre d’artiste.

https://vimeo.com/537361334/c73de08e48

 

AUTRES PROJETS :

 

« Levantado do Chão »

Il s’agit d’un film expérimental muet, dans lequel j’apparais en tant que co-réalisateur et acteur, tourné en 16mm N&B, déjà monté et en cours d’étalonnage et de production du fichier DCP pour la projection en salles de cinéma. Le film sera présenté en ligne au Festival International du Film de Court-Métrage d’Oberhausen en mai.

https://vimeo.com/538644883/6886426af5

 

« 5 Pieces »

Travail de montage en finalisation de l’assemblage de cinq films tournés pour l’artiste américaine Luisa Greenfield, sur et en dialogue avec l’œuvre de Jean-Marie Straub et
Danièle Huillet et Walter Benjamin.

http://www.luisagreenfield.com/

 

« Passenger Driver »

Montage en finalisation du court-métrage de fiction Passenger Driver, réalisé en 16mm par Ville Pippo à Paris et en Bretagne. Durée 15min.

https://mubi.com/de/cast/ville-piipp

 

 

 

 

 

   Envoyer l'article en PDF