1 – 22 septembre / À ma place / Résidence de montage documentaire

Savannah a 25 ans. C’est une jeune femme révoltée. Elle veut devenir sociologue pour soutenir les idées qui lui tiennent à cœur et qu’elle défend dans sa lutte acharnée sur le terrain au printemps 2016 avec Nuit Debout.

En plein « printemps social » elle accède à une grande école, l’École Normale Supérieure, alors qu’elle vient d’un milieu défavorisé. Mais son refus des compromis et son inadaptation sociale à ce nouveau milieu la confrontent à des difficultés qui viennent compliquer le quotidien déjà encombré de cette jeune femme combative.

La belle Jeunesse est un « film d’apprentissage », celui d’une jeune femme à un moment charnière de sa vie puisqu’elle construit son avenir dans une société qui se durcit. C’est l’histoire des 25 ans de Savannah, ni bobo ni « jeune des quartiers », qui vient d’un monde que l’on voit et entend peu malgré le nombre important de français qui en sont issus.

Par son parcours et sa personnalité atypiques, le personnage de Savannah raconte de façon intense ce qu’est la jeunesse faite d’enthousiasme, de candeur, d’incertitudes et comme tout change vite à cet âge où il faut pourtant prendre des décisions déterminantes.

La jeunesse de Savannah c’est aussi son inconscience – comme de manifester en tête de cortège, là où de violents affrontements ont lieu et auxquels pourtant elle ne participe pas -, c’est son refus des compromis : elle refuse de travailler l’été pour ne pas « alimenter le système » et de taire ses prises de positions politiques dans ses devoirs pour l’ENS, ce qui lui vaut quelques reproches d’enseignants.

Le film sera constitué de ses combats : contre l’injustice sociale, contre sa maladie, contre son assignation sociale et ses grandes difficultés financières.

—–

Réalisation : JEANNE DERSEN

Montage : DELPHINE DUMONT