21 – 23 mars / Agora pour la grande transition / Résidence de réflexion

La Générale accueille une initiative de l’ONG Smart CSOs : un forum entre ONG, acteurs de la société civile, activistes, chercheurs, pour discuter du nécessaire abandon du paradigme néolibéral de la croissance  comme modèle de société.

Quelques références : L’économie collaborative « porte en elle des inégalités abyssales »

http://journals.openedition.org/developpementdurable/7953

http://prosperouswaydown.com/ 

https://en.wikipedia.org/wiki/Post-normal_science

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/retour-la-nature-pour-cynthia-fleury

https://www.kissmyfrogs.com/malaises-dans-la-startup-nation/

https://lagrandemue.files.wordpress.com/2016/01/tc3a9lc3a9charger-le-fichier-ellul-charbonneau.pdf

https://web.univ-pau.fr/RECHERCHE/SET/CHARBONNEAU/documents/Actes_colloque_Bernard_CHARBONNEAU_Habiter_la_terre_SET.pdf

 

 

« Rien n’ayant jamais été donné pour rien sur terre, si l’homme prétend s’émanciper totalement
de la nature, il pourrait bien le payer d’un contrôle social total. C’est pourquoi aux menaces de
catastrophes entrainées par l’exploitation sans fin de la terre s’en ajoutent d’autres, provoquées
par les réactions de la matière humaine écrasée sous le poids croissant de la machine sociale, par
le malaise physique et spirituel de l’homme qui ne peut tolérer de bonheur que le sien, et non
celui qu’on lui fabrique dans les laboratoires et ministères. Ce paradis auquel ne manque que la
part de la nature et de la liberté, du corps et de l’esprit, ne peut être qu’un enfer. Mais l’échec
même, écologique et humain, de ce « progrès » ne peut que le mener à se renforcer. Pour
contrôler les dangers de moyens de plus en plus puissants et fragiles parce que complexes, gérer
un espace et des ressources qui s’épuisent, prévoir et maîtriser les réactions humaines qui
empêcheraient de la faire, on est obligé de renforcer l’organisation. On est contraint de tout
connaître, tout calculer, tout prévoir pour ce qui est de la nature et de l’homme. Et comme le
phénomène dépasse les frontières, seule une organisation – un État – mondiale, gérant
l’ensemble planétaire par ordinateur, peut éviter le désastre. […] Dans le meilleur des cas,
l’homme ne se serait dégagé d’une nature totale que pour se livrer à une autre, totalitaire. »

Bernard Charbonneau, Le Feu vert, 1980, éd. Parangon pour l’édition 2009.

« – Ou bien nous nous regroupons pour imposer à la production institutionnelle et aux
techniques, des limites qui ménagent les ressources naturelles, préservent les équilibres propices
à la vie, favorisent l’épanouissement et la souveraineté des communautés et des individus. C’est
l’option conviviale ;
– Ou bien les limites nécessaires à la préservation de la vie seront calculées et planifiées
centralement par des ingénieurs écologistes, et la production programmée d’un milieu de vie
optimal sera confiée à des institutions centralisées et à des techniques lourdes. C’est l’option
technofasciste, sur la voie de laquelle nous sommes déjà plus qu’à moitié engagés. “Convivialité
ou technofascisme. » »

Note de bas de page : « Dans Ivan Illich, La Convivialité, p154, ces remarques qui sans le
nommer, visent sans doute le Club de Rome : « Une élite organisée, opposée à la croissance au nom de
principes abstraits, est probablement en formation. Mais […] elle est l’antidote industriel à l’imagination
révolutionnaire. En incitant la population à accepter une limitation de la production industrielle sans mettre en
question la structure de base de la société industrielle, on donnerait obligatoirement plus de pouvoir aux
bureaucrates qui optimisent la croissance et on en deviendrait soi-même l’otage. La production stabilisée de biens
et services très rationalisés et standardisés éloignerait encore plus de la production conviviale que ne le fait la
société industrielle de croissance ». »

Michel Bosquet (André Gorz), Écologie et liberté, 1977, éd. Galilée.

Autres références en lien avec la situation de La Générale :

https://medium.com/@jeanbaptiste/fabcity-et-lieux-de-culture-num%C3%A9rique-22190c445d27

https://medium.com/@arnaud.idelon.soundways/friches-gentrification-une-longue-histoire-2ee0a84e0917

https://www.latelierpaysan.org/