Mercredi 20 septembre / Le 20 du mois avec Wladimir Anselme / Concert

Ce mois-ci, à l’occasion du 20 du mois de septembre, La Générale accueille Wladimir Anselme pour une rentrée en musique.

Ouverture des portes à 19h.
Pour commencer, la traditionnelle dégustation du vin du mois et l’échange de balles blanches sur table noire, puis, le concert.
Entrée libre

**Repas préparé par Ivanne et Sidonie – menu Western, à base de rock pot cow boy beans et d’American Pie**

—–

Wladimir Anselme est auteur-compositeur-interprète, mais aussi dessinateur, vidéaste et feuilletoniste.
Seul avec sa vieille guitare de western, ou bien accompagné par son groupe folk-rock Atlas Crocodile, il bricole des romances sauvages à la mélancolie frondeuse et à la grâce désarmée qui s’inscrivent autant dans une certaine veine de la poésie chantée (Beaucarne, Ferré, Leonard Cohen) qu’elles se nourrissent de blues, de musiques primitives ou de tropicalisme brésilien.

Son dernier album en date, « Les Heures courtes », a obtenu le Coup de cœur de l’Académie Charles Cros. Et le prochain, qui s’appellera peut-être « L’Esclandre », sortira à la fin de l’hiver.

En parallèle de ses aventures de songwriter, il est aussi auteur de fictions sonores pour la radio (France Culture, France Inter, Arte Radio) et traducteur de bandes dessinées dans des langues qu’il ne connaît pas (« Pelote dans la fumée » du croate Miroslav Sekulic chez Actes Sud BD).

Il a également écrit et réalisé le space-opéra pour enfants sur livre-disque « Les Cromosaures de l’Espace » (Actes Sud Junior), illustré par Brecht Evens.

Pour visiter son site, c’est par là.

SCÈNES
Wladimir Anselme a joué sur de nombreuses scènes en France (à Paris : Maroquinerie, Nouveau Casino, Point Éphémère, L’Européen…), en Suisse, en Belgique, au Texas – partageant le plateau avec des artistes tels que Bertrand Belin, Dick Annegarn, Emily Loizeau, Les Innocents, De Kift, Thomas Fersen ou Théo Hakola.

PRESSE
« Anselme l’enchanteur. »
Olivier Maison, Marianne.

« Il ne ressemble à personne, Wladimir Anselme, avec sa candeur, sa démarche de cow-boy tendre et ses chansons à l’écriture sombre. Il y a ce décalage, plaisir évident à nous emporter vers des univers parfois surréalistes, et sa voix si particulière, à la fois brisée de force contenue. Ses concerts sont des moments suspendus. »
Clémentine Deroudille, Télérama

« Wladimir Anselme propose de la chanson française d’excellente facture. Cet artiste n’est pas si éloigné de l’univers de Thomas Fersen. Comme ce dernier, il signe des compositions élégantes et soigne particulièrement ses textes. Une performance pas si fréquente… »
Pierre De Boishue, Le Figaro

« Cultivant une douceur nonchalante, il manipule les images verbales et les phrases rock, poétisant comme s’il racontait. Car Anselme est joueur, surprenant sous ses airs de rien qui chantent tout. Sa plume est littéraire, exploratrice, sondeuse d’autrui et de soi, et laisse planer du sens même dans le silence. »
Vanessa Fara, La Terrasse

 

 

Photo / Valerie-Archeno