Communiqué

Pétition

Erreur : L’administrateur du site doit inclure une pièce d’identité valide dans le code court.

Madame, Monsieur,

Vous êtes nombreux à nous avoir contactés pour savoir quelle était notre position quant à l’appel à projet de la Ville de Paris « Réinventer-Paris » concernant le site du 14 avenue Parmentier dans le 11ème arrondissement. La mairie souhaite un projet « de cinéma qui favorise l’émergence d’un cinéma populaire et qualitatif ».

Nous sommes locataire, au titre d’un bail de 3 ans renouvelable jusqu’à 4 fois (12 ans donc) signé le 17 janvier 2008.

La Ville de Paris aurait donc l’intention de mettre fin à notre bail avant la fin de notre accord initial. Cette décision serait d’ailleurs en contradiction avec les désirs de la Maire de Paris concernant les lieux intermédiaires,  le soutien aux artistes et à leurs espaces de travail. 

Il nous semble important de rappeler ici que La Générale est soutenue par la Région île de France au titre des « Fabriques de culture» depuis l’année dernière et jusqu’en 2016. Elle a bénéficié du dispositif de Permanence Artistique et Culturelle de 2011 à 2013.

En clair, nous sommes avant tout un lieu de création pluridisciplinaire, géré collectivement, dans lequel nous accueillons gratuitement des artistes et des associations. Nous fonctionnons comme une coopérative artistique et sociale, ancrée dans notre quartier, qui mutualise les moyens de production, de communication et de création. La Générale emploie 4 salariés permanents, dont 2 CDI, et de nombreux intermittents pour un volume compris entre 500 et 800 heures chaque année.

Ceci étant dit, sachez, Madame, Monsieur, que nous n’avons tout simplement pas été prévenu de cet appel à projet. Nous l’avons appris par la presse.

Nous y avons vu une marque de mépris.

Grâce au soutien du Réseau Actes-if (réseau de lieux artistiques et culturels indépendants), nous avons pu être reçu par les cabinets de Madame Hidalgo, Maire de Paris et Monsieur Julliard,  Premier adjoint et adjoint à la culture, qui nous ont assuré que notre projet n’était pas remis en cause.

Comment la Ville compte ne pas remettre en cause le projet de la Générale en installant au 14 avenue Parmentier un autre projet qui impliquerait notre départ ?

Il nous faudrait abandonner près de 100 000 euros investis dans ce bâtiment dont 30000 euros d’argent public (Region IDF). Il nous faudrait sans doute licencier nos salariés, il nous faudrait abandonner le projet de végétalisation du toit que nous portons, il nous faudrait interrompre nos actions en direction des écoles du quartier, et enfin il faudrait que nous laissions détruire un outil de travail indispensable à plus de 300 artistes et associations chaque année.

A moins que nous ne soyons relogés de façon pérenne et sans interruption d’activité, dans un lieu de même envergure, adapté à nos activités, dans le Nord-Est de Paris (notre terrain d’action et d’engagement depuis 2005) et si possible cette fois, avec un système de chauffage, le projet de la Générale sera indéniablement remis en cause !

Il ne nous semble pas inutile d’ajouter que nous n’accepterons pas un relogement dans un lieu déjà occupé par un autre collectif ou une autre association. Nous ne voulons pas entrer dans ce  jeu de chaises musicales dans lequel s’entête la mairie, qui ne sert qu’à monter les collectifs et les projets les uns contre les autres.

Nous exigeons aujourd’hui des garanties écrites de la Ville sur ses intentions de relogement à notre égard.

Nous dénonçons le  procédé grossier qui consiste à faire surgir de nouveaux projets en niant ceux qui existent déjà

Si la Ville veut réellement réinventer Paris et proposer des projets innovants aux parisiens, nous l’invitons à relire le notre et à accorder plus d’attention à tous ceux qui, depuis longtemps déjà, œuvrent pour une culture indépendante, alternative, innovante et solidaire.

Afin de nous soutenir, comme certains d’entre vous nous l’on proposé, vous pouvez contacter la Mairie de Paris et leur demander d’agir rapidement pour qu’une solution acceptable soit trouvée pour le collectif de la Générale.

Vous pouvez aussi signer la pétition ci-dessous et y ajouter un message. Nous publierons vos messages sur notre page facebook « soutenez la Générale »

Madame, Monsieur, la Générale est déjà heureuse de vous compter parmi ses amis

LA GENERALE

contact@lagenerale.fr

 

 

 

 

 

 

   Envoyer l'article en PDF