Impact sur les lieux d’expérimentation et modalités

Notre projet est une imbrication d’idées et de savoir-faire à l’image des démarches créatives de la Générale. Le bâtiment, en association avec le quartier, se présente comme un laboratoire vivant. Les liaisons entre le sol et le toit sont continuellement établies au cours de l’installation, de la fabrication et du suivi du projet. La Générale se mobilise sur cet appel à projet pour innover dans les pratiques pédagogiques et sociales.

LAG_ECLATE

La Générale, en prise avec la Cité

Expérimenter, c’est ce que fait le collectif de la Générale depuis 8 ans. Le laboratoire est un des concepts-clés du fonctionnement de la Générale. Laboratoire de pratiques artistiques et sociales, c’est naturellement que l’association accueille sur son toit l’expérimentation de végétations innovantes. La Générale offre la structure d’accueil par le toit, et aussi le reste du bâtiment. Le RDC par sa relation avec la rue et les espaces d’accueil au public qu’il présente est le lieu du commun.
Expérimenter la culture en milieu urbain, produire ce que l’on va manger, tester la qualité des aliments récoltés, agir sur les éléments naturels pour assainir, purifier enrichir les milieux. Vaste et ambitieux programme à monter et faire fonctionner en innovant techniquement. Mais innover ce n’est pas seulement agir techniquement, c’est aussi valoriser l’expé- rience humaine en innovant socialement. La conscience écologique doit être le moteur de nouveaux liens sociaux et valoriser la « Haute Qualité Humaine » (Patrick Bouchain, architecte).
L’engagement de la Générale est un engagement humain, celui de tous ses membres d’animer et de participer à ce projet sur le toit. La vie quotidienne du jardin sera coordonnée et animée par les membres de l’association.

Le collectif Ensemble, en prise avec La Générale

Le Collectif Ensemble coordonne et pilote le projet avec la Générale. Concepteur du projet, il réunit les partenaires et les compétences pour fabriquer le lieu du toit « bio-urbain » rayonnant. En avril 2013, le Collectif Ensemble organise avec l’appui du collectif une exposition permettant de révéler le bâtiment et d’annoncer une démarche partenariale avec les habitants sur l’évolution du lieu. Parmi les installations présentées, un panneau représentant la coupe longitudinale du bâtiment est positionné à l’entrée de l’exposition. Cet immense dessin invite les visiteurs à donner et représenter leur avis sur le lieu. Le dessin du toit est rapide- ment colonisé par une végétation abondante, un potager et un système de récupération des eaux de pluies. Cet engouement collectif pour une mise en culture sur les toits vient pleinement à la rencontre de la philosophie de la Générale agissant comme un laboratoire transdisciplinaire. Les quelques traits qui ont matérialisé ce « jardin suspendu » ont ravivé un vrai débat au sein du collectif et de notre action : la ville peut-elle devenir le socle d’une agriculture nourricière pour ses habitants ? Quels espaces abriteront ces ressources en gestation ? Qui cultivera, qui récoltera, qui transformera, qui mangera ? Et si la Générale pouvait expérimenter ce processus ? L’idée de faire rencontrer culture et culture dans une démarche créative et sociale ont accompagné nos réflexions, et le projet que nous proposons aujourd’hui.

Les 20 du mois, moments de rencontres

Le 20 du mois est un jour d’ouverture publique du lieu. Ce moment est déjà aujourd’hui un moment privilégié de rencontre avec les membres et les artistes qui travaillent et conçoivent à la Générale. C’est aussi le moment de découvrir un lieu original et de rencontrer le collectif qui y travaille. Et ce jour-là, la cuisine est ouverte ! Ivanne et Sidonie éla- borent un menu particulier et thématique pour chaque manifestation. Il est évident que les cultures du toit seront là pour nourrir ces thè- mes. D’autres manifestations et ouvertures sont à organiser, notamment autour de la préparation et de la conservation des aliments. Nous ima- ginons des rencontres intergénérationnelles où les savoir-faire pourront être échangés.

Les brunchs du toi et moi

La Générale s’engage à la mise en place d’une ouverture publique un dimanche par mois autour de la production du toit. Le brunch du toi et moi composé d’aliments du potager « bio-urbain » permettra aux familles et aux habitants du quartier de venir goûter la cuisine ultra-fraîche d’Ivanne et Sidonie.

Les besoins techniques

Pour réaliser le potager sur la toiture accessible, il est nécessaire de faire les raccordements en électricité et en eau pour assurer le démarrage, puis l’appoint. Ces services existent déjà en rez-de-chaussée. Il suffit de prolonger ces raccordements dans les règles de l’art. Nous avons étudié la faisabilité de la mise en place de ces réseaux. Il n’y a pas de contraintes majeures d’aménagements. À ce jour, les dispositifs pour un accès technique et sécurisé sont en place. La réalisation du jardin telle que décrite dans ce document est donc possible en l’état, avec un accès restreint aux seuls partenaires du projet. Les moments d’échange avec le public autour du toit s’organisent en rez-de-chaussée, où l’accueil du public est possible selon les réglementations en vigueur.

À terme, l’accessibilité du public en toiture est possible moyennant des aménagements de mise aux normes des accès et du bâtiment. Cette phase n’est pas indispensable mais limite l’aspect collaboratif du pro- jet.

Le bâtiment de La Générale appartient à la Mairie de Paris. L’association la Générale a un protocole d’accord et un bail régissant l’occupation des lieux. Il y aura donc lieu d’adapter ces documents (adaptation prévue dans le bail actuel) pour donner toutes les chances de réussite à ce projet social, mettant en relation les habitants et les occupants du bâtiment.