Équipe & Partenaires

Accueil et conduite du projet

La Générale

L’association La Générale Nord-Est gère et anime un laboratoire de recherche et de créa-tion dans les domaines artistiques, culturels et sociaux. L’association s’envisage comme une coopérative de création dans ces trois secteurs.
La Générale Nord-Est est le prolongement d’une autre association, La Générale, existant depuis le 9 février 2005 dans des locaux situés 10-12 rue du Général Lasalle dans le 19e arrondissement (locaux fermés en septembre 2007). Cette riche activité à Belleville (près de 5000 artistes et associations accueillis en deux ans et demi) a confirmé la nécessité d’un tel projet à Paris et en Ile-de-France.

À la suite d’une convention signée le 17 Janvier 2008 avec la Mairie de Paris, La Générale s’est installée au 14 avenue Parmentier dans le 11è arrondissement en juillet 2009. Ce lieu se situe à proximité de nombreux quartiers classés en politique de la Ville.

En offrant un espace de travail et de réunion aux nombreux artistes et associations qui œuvrent dans le nord-est parisien et francilien, La Générale répond au déficit de structures de production dans ce secteur. Elle veut s’inscrire ainsi comme le maillon manquant du réseau culturel de ces quartiers.

La Générale est un outil qui permet à des artistes et à des associations d’exercer leur activité. Ses utilisateurs sont ses Artistes Activistes Associés et leurs invités.
La Générale favorise la mutualisation des moyens et la rencontre, et s’emploie à améliorer pas-à-pas l’outil commun.

Que ce soit pour mener effectuer une recherche, produire un objet, construire un support ou provoquer un débat, des dizaines d’équipes sont accueillies gratuitement chaque année, pour une durée variable, de quelques jours à plusieurs mois.
Les objets issus de ce temps de travail, qu’ils soient achevés ou en cours, sont parfois proposés au public sous forme de spectacle, maquette, débat, exposition, conférences ou toute forme de projet à inventer.
Le public se trouve ainsi souvent convié à la Générale non pas selon un calendrier de diffusion établi, programmé à l’avance, mais selon le rythme de vie du lieu, ses créations et les projets qui s’y élaborent.
La Générale met à disposition le temps et l’espace indispensables à la création dans tout ses états, aux débats, au doute et à l’imprévu.

Parce que nous savons qu’il existe des expériences et des pratiques qui font émerger autre chose que la capitalisation, le rendement, le mépris et la violence faits aux artistes, aux femmes, aux homosexuels, aux migrants et à la recherche.
Parce que nous ignorons de quelles expériences surgiront une association inédite, une création originale, un nouveau poème. Et parce que ce nouveau poème ne peut pas se passer d’un lieu dans lequel s’épanouir.

La Générale continue de s’inventer comme un refuge et un lieu d’expérimentations indispensables aux mouvements déjà en marche.

La Générale s’affirme et se rêve comme le lieu ouvert aux dissidences, aux risques… aux désirs inattendus.

 

Le collectif Ensemble
Rôle dans le projet : pilotage et coordination

En janvier 2013 le collectif de La Générale accueillait un jeune collectif d’architectes-urbanistes : le Collectif Ensemble. Cette résidence intervient pour accompagner une démarche avec les habitants sur l’évolution possible du lieu.
En avril 2013, le Collectif Ensemble organise avec l’appui du collectif de La Générale une exposition permettant de révéler le bâtiment et d’annoncer la démarche partenariale auprès des institutions et des habitants.

 

Équipe technique

Toits vivants
Rôle dans le projet : mise en place du jardin, c’est-à-dire les bacs, la terrasse, définition des cultures, mise au point du substrat, consultation sur le protocole expérimental.

L’association Toits Vivants a été fondée par 5 personnes particulièrement investies sur les questions d’agriculture urbaine, qui ont décidé de mettre leurs compétences complémentaires au service de ce projet.

 

Topager
Rôle dans le projet : apporter une expertise en terme de création de substrat à base de déchets organiques et d’écosystèmes-sol à intégrer aux bacs, consultation sur le protocole expérimental

Topager SAS est une jeune entreprise innovante fondée par Nicolas Bel et Frédéric Madre en 2013. Son objectif est de développer de nouvelles solutions de végétalisation associant biodiversité et production alimentaire en milieu urbain. En lien étroit avec le monde de la recherche (INRA, MHNH, BIOEMCO), Topager est aussi partenaire de R&D avec des industriels (Parrot, Netafim, eco-digesteur) et s’oriente vers l’invention de nouvelles solutions, la création et le suivi des potagers en toiture.

 

Heni Abida (École Normale Supérieure)
Rôle dans le projet : consultation pour le processus d’installation du cycle de l’eau, expertise sur le protocole expérimental et apport pédagogique.

Heni Abida est un doctorant à l’Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure (IBENS) dans le 5e arrondissement de Paris. Ses formations de Master en Génétique à l’Université Paris-Sud et de Magistère en Biotechnologie à l’École Normale Supérieure de Cachan lui servent de prérequis pour sa thèse portant sur le métabolisme lipidique de la diatomée Phaeodactylum tricornutum – autrement dit sur l’aptitude de cette microalgue marine à vivre de soleil et des nutriments de son environnement pour produire un biocarburant de troisième génération : le biodiesel. En parallèle de sa thèse, Heni effectue une mission doctorale de conseil et d’expertise en communication auprès de l’ecole doctorale des Sciences du Végétal de l’Université Paris-Sud afin de maintenir et renforcer les liens entre celle-ci et le secteur industriel des biotechnologies.

Tecomah
Rôle dans le projet : dimensionnement du système d’alimentation en eau et de recyclage, diagnostic, offre technique et protocole d’expérimentation sur la culture maraîchère en milieu urbain (type de substrat, alimentation en eau, conduite de culture).

TECOMAH est un établissement d’enseignement de la Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France, porté par une ambition environnementale au service de la formation des jeunes et de la satisfaction des besoins de recrutement des entreprises. L’établissement forme plus de 1000 étudiants dans une trentaine de programmes allant jusqu’au bac+5 et majoritairement en apprentissage. TECOMAH s’appuie sur une stratégie de co-développement avec les entreprises et les fédérations professionnelles pour faire évoluer ses formations. Les domaines d’expertise de l’Ecole recouvrent l’aménagement et la valorisation des espaces paysagers, la gestion et la maîtrise de l’eau, les travaux publics et la gestion de chantiers, la commercialisation et le management dans les secteurs de l’agro-business (agriculture, paysage, agroalimentaire), les arts culinaire, de la table et

du service. Le département R&D intervient avec des méthodes et des outils d’analyse stratégique, sur trois axes complémentaires: l’analyse de filière, l’analyse prospective et la construction de nouveaux marchés. Des plates-formes technologiques sont à disposition des entreprises pour développer des nouvelles pratiques. Les équipes R&D de TECOMAH peuvent intervenir sur des projets d’aménagement des espaces urbains, depuis les phases d’étude de filière, d’expérimentation, de conception jusqu’à la mise en place d’installations in-situ et la diffusion des bonnes pratiques par le biais de la formation continue.

Les opérations de renouvellement urbain dans leur ensemble intéressent particulièrement TECOMAH, car elles représentent :
– une possibilité d’unir autour d’un projet d’aménagement concret, différentes filières professionnelles de l’école;
– un moyen de valorisation de la capacité d’analyse, de diagnostic et de conseils en matière d’aménagement de l’espace en s’appuyant sur l’expertise de spécialistes présents dans l’établissement ;
– une opportunité d’exploiter les savoirs faire technologiques des étudiants et des enseignants de TECOMAH en les mobilisant sur ce type de projet concret ;
– une occasion pour associer le réseau des entreprises du paysage, de l’eau et des travaux publics avec lequel TECOMAH a établi des liens;
– une possibilité de développer des travaux scientifiques et opérationnels autour des nouvelles modalités d’aménagement urbain durable.

 

Partenaires

Fondaterra
Rôle dans le projet : communication sur le projet et aide à la mise en place de partenariats innovants pour l’expérimentation

Fondation Européenne pour des Territoires Durables, créée en septembre 2004, est un réseau unique d’institutions publiques et privées fédérant des compétences de recherche, de formation, de médiation des connaissances et d’expertise autour de la thématique du développement durable des territoires. Les actions de Fondaterra, qui constitue avec ses 80 membres fondateurs un cluster interdisciplinaire au service d’un développement dura-ble des territoires, sont articulées autour de 7 axes :

1. Fédérer et valoriser les potentiels public et privé de recherche, de formation et d’ex- pertise sur la thématique du développement durable des territoires, irriguant l’économie territoriale sur des champs aussi importants que : les enjeux des changements climatiques, la gouvernance collective des projets de développement des territoires ; l’aménagement durable et la qualité environnementale ; l’évaluation, la préservation et la valorisation de la biodiversité.
2. Constituer des consortiums capables de conduire des projets nationaux, européens et internationaux de recherche, de formation et d’expertise sur la thématique du développement durable des territoires.
3. Initier des innovations méthodologiques, technologiques et organisationnelles dans le domaine du développement durable.
4. Transférer des techniques, des méthodes, des technologies et des savoirs faire.
5. Servir de centre de ressources et d’expertises rapidement mobilisables et à destination des chercheurs, des enseignants, des entreprises, des décideurs, des médias, du monde associatif, des scolaires, du grand public.
6. Aider à la création de nouvelles entreprises d’ingénierie et de services dans le domaine du développement durable.
7. Participer au renforcement de l’attractivité du territoire pour les entreprises nationales et étrangères.

VT Green
Rôle dans le projet : fourniture de matériel (biochar) et consultation sur le processus expérimental.

La société VT Green est issue de la rencontre de plusieurs compétences qui constituent aujourd’hui le savoir faire de l’entreprise :
– Une expertise reconnue dans les équipements et les procédés de traitement thermique ;
– Une expertise dans le domaine de l’extraction végétale au service de la production de solutions innovantes sur les marchés de la nutrition santé et de l’agro-alimentaire.
A partir de ces solides expériences VT Green a développé une palette de services dans le domaine de la valorisation énergétique et matière des biomasses à partir de procédés de conversion thermochimique (torréfaction, pyrolyse). Ses domaines d’activité concernent
la recherche et développement, le conseil, l’exploitation d’installations et la production
de produits biosourcés. Grâce à l’expérience de ses équipes, VT GREEN développe des solutions innovantes et durables et à forte valeur ajoutée de valorisation des biomasses résiduelles. Ces solutions font l’objet d’études technico-économiques spécifiques à chaque client visant à s’adapter à chaque problématique rencontrée et intégrant :
– Le cahier des charges technique du produit/service attendu (fourniture énergétique ou de produits biosourcés)
– Les gisements de biomasses mobilisables (détenues par le client ou présent dans le territoire proche)
– Le couplage avec les autres besoins en énergie et/ou en produits biosourcés (du client ou du territoire proche) qui pourraient optimiser la solution technico-économique à retenir.
La valeur ajoutée de VT Green dans le consortium réside donc dans la capacité de son équipe d’adapter le produit au cahier de charge du client, en tenant compte des contraintes liées à la biomasse disponible. Par ailleurs, VT Green sera accompagnée dans sa mission par le bureau d’études ETIA, qui a conçu, développé et breveté le procédé de conversion thermochimique Biogreen® utilisé pour la production de biochar (charbon agricole) dans le projet. Ces deux sociétés ont déjà mené diverses expérimentations en vue de déterminer les propriétés structurales et les propriétés d’hydrorétention du biochar pour des biomasses diverses : paille de blé, sarments de vigne, copeaux de chêne, thuya, etc. Ce sont les acteurs les plus qualifiés pour l’étape de production de biochar et les plus aptes à traiter les aspects règlementaires concernant l’utilisation de la technologie de pyrolyse et l’utilisation du biochar.

École primaire publique Parmentier
Rôle dans le projet : mise en place du dispositif de collecte des déchets organiques et collaboration pédagogique.