19 – 26 mars / Sonic Protest – Sarah Kenchington / « Souffler » : Exposition & performance musicale

Du 19 au 26 mars, exposition monographique de l’artiste écossaise Sarah Kenchington, dans le cadre du festival Sonic Protest.

Lors du vernissage et du finissage de l’exposition les dimanches 19 et 26 mars, Sarah Kenchington donnera un concert à 18h00.
Rencontre et performance musicale le 20 du mois.
Du dimanche 19 au dimanche 26 mars, l’exposition est ouverte au public chaque jour de 15h à 19h.

Entrée libre.

 

Événement Facebook ici.

100% inclassable, Sarah Kenchington est une artiste-fabricante, compositrice et interprète qui s’intéresse aux objets délaissés et lutte manifestement contre l’obsolescence … programmée ou pas !

Entre art cinétique et art sonore, tous ses instruments et sculptures sont fabriqués de ses mains à partir d’objets de récupération : roue de vélo, machine à écrire, chambre-à-air, etc. Conçus quasi comme des anti-automates, ses objets restent inertes sans les humains qui les activent.

On peut placer son travail dans la lignée de ces artistes des machines, de Leonard de Vinci à Jean Tinguely en passant par Frédéric Le Junter ou Pierre Bastien.

Pour la première fois en France, et à l’invitation du Festival Sonic Protest, cette Écossaise atypique vient présenter ses sculptures sonores dans l’espace fortement typé de La Générale.

Afin de pouvoir se concentrer sur ses œuvres et leur donner tout l’espace qu’elles méritent, le choix a été fait de lui consacrer une exposition monographique : SOUFFLER.

Entre art cinétique et art sonore, Sarah Kenchington y montrera un ensemble de pièces autonomes qu’elle a choisies pour l’occasion et, comme un nouveau défi, les relie pour qu’elles constituent un ensemble orchestral et fonctionnent en réseau, grâce à des relais humains ou mécaniques. Humaniser la machine et/ou mécaniser l’humain : Sarah Kenchington s’occupe du chaînon manquant ! Véritable orchestre mécanique qui peut jouer en son absence, son installation sonore sera activée par les visiteurs de tout âge et par elle-même en ouverture et fermeture de l’exposition lors de performances où la participation du public sera requise.
À mille lieues de l’interactivité numérique, sa proposition permet de mesurer les forces en présence dans la production du son : SOUFFLER, oui, mais fort ! Les puissances convoquées sont à l’échelle de la nature et, dans ses propositions, Sarah Kenchington met en jeu des énergies telles que la force humaine, le mouvement de l’océan ou le débit d’air d’un soufflet géant.
Rien de passéiste, ceci dit, dans la démarche : si ses installations auraient pu fonctionner avant l’invention de l’électricité … elles pourront également toujours être jouées quand celle-ci manquera !