19 juillet – 24 août / Dans une goutte / Arts numériques

Rien de mieux que Brigitte Fontaine pour décrire son état d’esprit : « J’ai perdu la raison et le chemin, j’ai gagné l’art de délirer sans fin. »

Emilie Herpe s’inspire de la connaissance actuelle des fonds marins pour imaginer des espaces qui se dérobent à l’emprise de l’homme. Les planctons, organismes de lumière, la guident dans son exploration des profondeurs. 
Le projet « dans une goutte » représente un lieu décloisonné où le microscopique marin est amené à notre échelle. 

Durant quelques instants vous vivrez dans cette goutte, berceau de la vie, aux côtés des chancelants habitants du crépuscule. L’aventure étonnante de l’infiniment petit.
Dans une obscurité quasi-permanente, on retrouve exposé des œuvres plastiques comme numériques, observations 3D accompagnées de projections scientifiques.
La temporalité du microcosme est accélérée par un assombrissement progressif de l’espace, rendant la nuit visible dès le milieu de l’après-midi. C’est à ce moment de zénith crépusculaire qu’aura lieu au sein de cette goutte d’eau la performance « Ballets instables ».

Avec : Emilie Herpe

Instagram

   Envoyer l'article en PDF