Dimanche 20 nov = 20 du mois « discreet music / vexations » version Bioman!

Un vin du mois dominical, automnal et musical, voire saxophonal,  en tous cas sous le signe de la pulvérisation des barrières formelles, avec Laurent Rigaut et son quatuor Bioman, et avec en plus des surprises de taille!

17h30 ouverture des portes, Entrée libre,

ping-pong et châtaignes à volonté.

19h30 : Vin du mois, un beaujolais neuf mais vieux,  Château Bruno Latour.

20h30: Quatuor  Bioman   projet  «  discreet  music/vexations  »
Le  quatuor  Bioman  est  un  ensemble  de  4  musiciens  qui  jouent  chacun  sur  3
saxophones  (alto,  ténor  et  baryton)…  ce  qui  fait  un  ensemble  de  12  instruments.

Le  Quatuor  Bioman  c’est  :
Force  Jaune  :  Sakina  Abdou  (médaille  d’or  au  conservatoire  de  Lille)
Force  Bleue  :  Vincent  Debaets  (titulaire  du  permis  poids  lourd)
Force  Orange  :  Jean  Baptiste  Rubin  (médaille  d’or  au  conservatoire  de  Tourcoing)
Force  vieux  Rose  :  Laurent  Rigaut  (brevet  de  100  m  à  la  brasse)
quatuor-bioman

 

 

 

Photo: Philo Lenglet.

 

Après  avoir  «  interprété  »  des  partitions  de  Bach,  Mozart,  Arvo  Pärt  et  autres  Eric
Satie,  ils  modifient  leur  angle  d’attaque  musical  en  abordant  la  question  épineuse
de  la  relation  auditeur  musicien.

Le  dispositif  mis  en  place  permet  aux  musiciens  d’écouter  dans  des  casques  une
musique  commune  que  les  spectateurs  n’entendent  pas.
Cette  musique  sert  de  base  à  l’improvisation  de  chacun  des  musiciens  qui
choisissent  comme  ça  leur  chante  de  prendre  tel  ou  tel  saxophone…
Comme  ils  ont  un  casque,  ils  ne  s’entendent  pas  les  uns  les  autres  et  on  compte
sur  le  lien  de  l’œuvre  qu’ils  écoutent  pour  que  le  résultat  reste  au  bord  de  la
cacophonie  mais  pas  totalement  incohérent  (encore  que).
Pour  couronner  le  tout,  seuls  les  auditeurs  entendent  le  résultat,  les  musiciens
n’en  ont  pas  la  moindre  idée.
En  conclusion,  on  peut  se  dire  que  les  auditeurs  ignorent  ce  que  les  musiciens
entendent  et  vice  versa.

Cette  fracture  se  situe  au  milieu  d’une  œuvre  plus  fédératrice  qui  pourra  être
suivant  l’humeur  «  discreet  music  »  de  Brian  Eno  ou  encore  «  Vexations  »  d’Eric
Satie  ou  autre,  pièces  utilisées  comme  piste  de  décollage  et  d’atterrissage  vers
des  cieux  plus  chaotiques.

 

   Envoyer l'article en PDF