14 – 30 janvier / Filles de joie / Résidence de montage

Dans des allers et retours entre réalité et artifice, Filles de joie raconte l’émancipation de ces femmes qui se découvrent, en se jouant des archétypes féminins dans un hommage aux pin-up des années 50.

—-

Note d’intention – Présentation du projet / Laurence MICHEL

« Filles de Joie résulte de la convergence d’une prise de conscience et d’une rencontre, pendant le tournage du court-métrage documentaire « Ronde-bosse », que j’ai réalisé aux Ateliers Varan à l’automne 2014. À ce moment-là, j’ai 42 ans, je suis une femme et je ressens le désir de me raser le crâne. Ce geste n’est pas anodin, et dans « Ronde-bosse » je soulève ces questions : comment construire sa place dans la société, lorsque les représentations qui nous ressemblent sont dégradantes, humiliantes, ou n’existent pas du tout ? Ne faudrait-il pas élargir les possibilités et ouvrir les consciences ? Puis je découvre l’École des Filles de Joie, de Juliette Dragon. Sur sa page Facebook, ce titre : Toutes les femmes sont belles ! Cabaret Burlesque – Show Girls. J’ai une intuition, je veux les rencontrer. J’ai la chance d’avoir déjà croisé Juliette Dragon à la fn des années 90, on se connaît peu, mais suffisamment pour qu’elle m’autorise à filmer dans les loges. »

Pour lire la site, consultez le dossier de présentation ici.

Plus de photos .