3 au 15 Avril / FESTIVAL SONIC PROTEST

 RE:CYCLE
Une exposition orientée art sonore
du 3 au 15 avril, 15h-19h, entrée libre.
Exposition, ateliers, performances avec :
Dimanche 3 avril: vernissage 18h.
ANTON MOBIN & ADAM BOHMAN [FR/ UK] Restitution de l’atelier « Boîtes à Son » avec les élèves de 4è SEGPA du collège Aimé Césaire
Dimanche 10 avril, 18h.
NICOLAS COLLINS [USA] Performance solo et restitution d’atelier des étudiants  de l’ENSAPC
avec la complicité des Instants Chavirés.
Vendredi 15 avril, Finissage de l’exposition à 19h30.
RE:CYCLE
Une exposition orientée art sonore avec :LUCAS ABELA : Temple of Din [AUS] Lucas “Granpa” Abela est un artiste sonore et visuel, qui joue avec les codes de la pop culture et de la performance-avec-beaucoup-de-bruit-dedans. Figure importante de la scène expérimentale-noise internationale pour ses performances explosives sous le nom de Justice Yeldham, (le type avec la bouche collée à une plaque de verre amplifiée et qui finit les performances la gueule en sang, ça vous rappelle quelque chose ??), il conçoit également des installations sonores hors-normes telles que Vinyl Rally (montré pour la seule et unique fois en France lors du Festival Sonic Protest 2012) ou le tout récent Temple de Din qui sera à n’en pas douter un des points forts de l’exposition RE:CYCLE.
Bercé par les salles d’arcade lors de son adolescence en Australie, Lucas Abela leur rend un hommage décalé avec la construction de plusieurs flippers et bornes d’arcades, dont il tord la forme et l’intention pour les transformer en machines musicales infernales.
-Pinball Pianola (dualplover.com/pinballpianola/) combinant un piano droit et un jeu de flipper avec vingt palmes, déclenchées par un clavier qui tire des balles contre les cordes exposées de la table d’harmonie.
-Balls for Cthulhu (dualplover.com/cthulhu/) un flipper en pentagramme multijoueur formé par dix guitares tournées vers l’intérieur, de sorte que les cordes prennent de plein fouet les balles lancées par les joueurs postés à chacune des branches de l’étoile.
-Flip-off (dualplover.com/flipoff/) baby-foot hybride qui crée des cassures au coeur de la musique en déclenchant des échantillons composées par Toecutter.
-Pitchfork (dualplover.com/pitchfork/) qui a vingt diapasons intégrés tout au long de l’aire de jeu. Accord Arena !
Site officiel : www.dualplover.com/abela/
VIDEOS :
https://vimeo.com/lucasabela
vimeo.com/125352096
vimeo.com/71111220NICOLAS COLLINS : Tudor’s walk [USA] Silicon Luthier
Nicolas Collins occupe une position centrale dans l’histoire de la musique expérimentale nord-américaine contemporaine, de la culture DIY et de l’utilisation de l’électronique dans la création sonore.
Né en 1954 à New York, il fit partie des premières générations d’étudiants de John Cage et d’Alvin Lucier et a passé pas mal d’heures au CBGB. Travaillant autour de ce qu’il nomme “the acoustic splendor of controlled chaos”, son oeuvre musicale a évolué, passant d’expérimentations du feedback à une attention de plus en plus forte pour le détournement des matériaux techniques qu’il transforme en instruments partiellement autonomes, exigeant des musiciens une forme d’attention permanente aux imprévus sonores et une collaboration modeste avec les machines.
Enseignant au Sound Department de l’Art Institute of Chicago, éditeur en chef du passionnant Leonardo Music Journal, ancien directeur du Steim d’Amsterdam, ex-curateur spécialisé art sonore à PS1, ex-étudiant d’Alvin Lucier, collaborateur régulier de Christian Marclay, John Zorn, Tom Cora ou de Zeitkratzer, Nicolas Collins produit des installations, des compositions et des performances depuis plus de quarante ans, autant d’oeuvres où l’expérimentation technologique est toujours attachée à des enjeux sonores et sociaux.
Son livre, Handmade Electronic Music, fait office de bible pour tous les bidouilleurs, recycleurs et hackers de la planète.
Les éditions Van Dieren (collection Rip on/off) viennent de publier un ouvrage en français « Micro analyses » dans lequel Collins développe ses idées sur la musique de John Cage, sur sa vision de l’expérimentation ainsi que sur l’art du détournement et du do-it-yourself.
Pendant RE:CYCLE, il propose au public Tudor’s Walk, une ré-interprétation de Rainforest du compositeur américain David Tudor, (précurseur des musiques électroniques et directeur musical de la Merce Cunningham Dance Company après John Cage). A l’aide de transducteurs branchés sur des smartphones, les utilisateurs mettent en vibrations des éléments du mobilier urbain et créent une réalité sonore augmentée dans la rue. L’art sonore pour tous… et partout puisque les dispositifs seront prêtés aux visiteurs de l’exposition aussi bien qu’aux spectateurs des soirées de concerts et c’est la rue qui devient un terrain de jeu et d’écoute. Pendant Sonic Protest, Nicolas Collins animera également un atelier avec les étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et proposera deux performances : une restitution de cet atelier et un concert en solo rendant compte des diverses approches sonores visitées par son œuvre. Il présentera également son travail lors d’une conférence … en français !
Dans le cadre de Sonic Protest Ailleurs, il joue à Poitiers (Lieu Multiple) et à Lille (La Malterie où il anime également un workshop avec le collectif Muzzix).

Site officiel :http://www.nicolascollins.com/
VIDEOS :
https://youtu.be/tMgFEG6OBR8
https://youtu.be/LAoHN-DoprU
http://www.nicolascollins.com/

PROJECTSINGE : LogforData_Exhibition [FR] l’error est humaine
Membre du collectif Projectsinge et instigateur du projet LogforData, Jean-François Blanquet est artiste du détournement technologique qui cherche dans l’empilement, la permutation, le débordement et le brouillage, une réécriture des médias qui sont à notre disposition. Il propose une relecture du quotidien en donnant à voir ou à entendre autrement les flux (radio, Wi-Fi, etc) et objets technologiques plus ou moins surannés qui nous entourent. Dans le cadre de RE:CYCLE, il présente LogforData, ou l’utilisation de cassettes audio sur lesquelles des textes encodés en données numériques sont enregistrés sous forme sonore, puis décodées à l’aide d’ordinateurs en analysant leur signal. Le décodage est le résultat à la fois de l’impartialité mathématique du monde numérique mais aussi de l’instabilité des systèmes analogiques. Des erreurs se produisent, le texte mute. A la fois installation et objet publié à 256 exemplaires par le label ArtKillArt, LogforData prend aussi la forme d’une performance live jouée avec Jérôme Blanquet sous le doux nom de DEMOLECULARISATION : LogforData_Connection.
C’est cette pluralité des formes et des formats qui sera montrée durant RE:CYCLE et la performance de ce projet sera jouée comme point final de l’exposition et du festival.

Site officiel : www.projectsinge.net | http://cromix.free.fr/
Video: www.youtube.com/JBlanquet

ADAM BOHMAN [UK] Le terreau de l’œuvre d’Adam Bohmam, c’est Mr. Smith, l’anglais moyen dont il observe la vie quotidienne et dont il s’inspire pour en rendre une version toute … triturée. Préférant l’acoustique à l’électronique mais ne boudant pas l’amplification, ses instruments de prédilection sont ceux que le hasard met sur sa route : instruments de cuisine, verre, boites de beans, ressorts et scie peuvent lui suffire pour créer une performance inouïe, faites de micro-sons, de grincements et d’éclats.
Ses performances se basent également sur des collages de textes issus de la publicité, de journaux TV et autres sources non-artistiques, créant ainsi des pièces où Beckett, les dadaïstes et William Burroughs viennent prendre le thé.
Depuis le milieu des années 80, il performe solo ou avec le groupe d’improvisation Morphogenesis (fondé par l’ex-Scratch Orchestra Roger Sutherland et dans lequel on retrouve entre autres Michael Prime et Clive Graham), mais également en duo avec son frère Jonathan (The Bohman Brothers) ou avec tout un tas d’improvisateurs du monde entier, de Lol Coxhill à Joseph Hammer en passant par Andrew Sharpley (Stock, Hausen & Walkman, A&E) en compagnie duquel il avait donné une performance inoubliable (Sonic Protest 2007) où ils avaient, entre autres, fait disparaître la France de la carte de l’Europe, le jour même de l’élection de Nicolas Sarkotruc.
Sa démarche artistique de recyclage est autant musicale que visuelle : activiste de l’underground anglais dans les années 80, Bohman met vite à disposition ses talents pour la création de flyers et de jaquettes de cassettes. Il est ainsi l’auteur de tableaux/collages, auxquels divers lieux comme le café OTO à Londres ont consacré une exposition. Son travail de plasticien s’inscrit dans les interstices de sa vie salariée : employé dans un stock de fournitures de bureau, Adam Bohman profite de ses pauses-déjeuner pour utiliser et détourner ce matériel. Son appétence pour les marqueurs et les jeux sur les différents types de papier provient directement de ce quotidien.
Pour l’exposition RE:CYCLE, il présentera une quarantaine de ses collages et donnera deux performances. Dans un premier temps il dirigera l’orchestre “boite à sons” d’Anton Mobin et les élèves SEGPA du collège Aimé Césaire. En seconde partie de soirée, il proposera avec Anton Mobin un duo inédit, entre bataille de ressorts, cut-ups loufoques et apparitions d’objets amplifiés non-identifiés.
Les collages d’Adam Bohman seront exposés du 3 au 15 avril à la Générale (horaires) en accès libre. On pourra même en acheter, si affinités.

Vidéo : https://vimeo.com/85709203

YVES-MARIE MAHÉ [FR] Afin d’exacerber la porosité évidente entre les pratiques, le choix a été fait d’inviter les concerts dans le lieu d’exposition et les expositions dans les lieux de concerts. Le travail d’Yves-Marie Mahé, cinéaste expérimental et musicien féru de recyclage nous a semblé tout à fait pertinent pour faire ce lien et nous avons choisi de lui confier une sorte de fil rouge : tout au long du festival, dans tous les lieux que celui-ci visite, ce cinéaste DIY et minimaliste tissera des liens entre les diverses propositions de Sonic Protest à travers des projections de ses travaux sous de nombreux formats, du XXL au cinéma, au très petit sur mini-moniteurs.
Minimaliste (travaillant sur une source unique en tentant d’exploiter toutes ses possibilités),Yves-Marie Mahé utilise fréquemment des techniques d’animation et son cinéma est empreint de l’héritage du lettrisme, du situationnisme, de l’esprit « Hara Kiri » et du punk. Réutilisant principalement des extraits de films réalisés par d’autres, son cinéma s’inscrit dans le courant du found footage et du détournement : ça RE:CYCLE !
Efficace, rapide et agressif, son travail, tout en s’affirmant critique, tente de trouver un équivalent visuel et cinétique au punk hardcore. Ses films se regardent en plissant les yeux, en fronçant les sourcils ou en souriant.
Le fil rouge est si large qu’il en devient tapis, Bernard : ses films sont montrés pendant tout le Festival Sonic Protest à Paris, Montreuil, Angers, Bordeaux et Marseille (où une soirée complète lui est même consacrée).
Site officiel : negatif.mahe.free.fr/

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
MAIS AUSSI (ET AU MÊME ENDROIT) :
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
DIMANCHE 3 AVRIL / 18h00 / Entrée libre
ANTON MOBIN & ADAM BOHMAN [FR/ UK] Restitution de l’atelier « Boîtes à Son »
avec les élèves de 4è SEGPA
du collège Aimé Césaire
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
DIMANCHE 10 AVRIL / 18h00 / Entrée libre
NICOLAS COLLINS [USA] Performance solo
et restitution d’atelier des étudiants
de l’ENSAPC
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
VENDREDI 15 AVRIL / 19h30 / Entrée libre
CLÔTURE DU FESTIVAL ET DE L’EXPOSITION
PROJECTSINGE : LogforData_Connection [FR] – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Recent Posts
SP2016_700