3 – 4 octobre / L’exil en écho / Résidence de tournage

Du 3 au 4 octobre, Jocelyne Sarian tourne à La Générale un teaser d’environ 2 minutes, destiné à la recherche de financement pour son prochain documentaire  « L’exil en écho ».

Photographe et réalisatrice de films corporate depuis de nombreuses années, en 2015 elle a réalisé son premier film documentaire « le 1 bis Chroniques arméniennes » dans le cadre des commémorations du centenaire du génocide des arméniens : https://vimeo.com/141786372

—–

Le film

« L’exil en écho » est un projet de film documentaire à base d‘archives familiales, de documents personnels et officiels, de photos et surtout du journal intime du grand-père de Jocelyne écrit dès le premier jour de sa déportation en 1915. Il avait 15 ans et il le tiendra pendant 22 ans jusqu’à sa mort.

Ce journal est le fil rouge sur lequel Jocelyne s’appuie pour rencontrer ces nouveaux réfugiés. Elle leur propose de lire et d’entendre des extraits de ce journal, un écho à leur histoire à travers le dispositif filmique évoqué.

Cette mise en parallèle permettra à chacun de se confier avec leurs mots, leurs blessures, leurs silences et leurs espoirs.

L’ensemble de ces récits compose une histoire douloureuse et intime, individuelle et collective.

—–

Résumé du film 

Alep, 1915. Le jeune Hrant Sarian se réfugie en Syrie pour échapper au massacre des arméniens de Turquie, avant de rejoindre la France. Un siècle plus tard, l’histoire se répète. En Syrie des milliers de personnes sont à leur tour victimes de l’arbitraire et d’une répression aveugle. A la lueur de cette actualité, Jocelyne relit le journal de son grand-père écrit durant sa déportation et les années qui suivirent. Jocelyne mène une quête qui va la conduire de Erevan à Alep, à la rencontre de syriens d’origine arménienne fuyant la guerre aujourd’hui.

« L’exil en écho » mettant en parallèle deux exils, se veut une histoire qui résonne entre l’Orient d’hier et l’Orient d’aujourd’hui.