30 septembre – 8 octobre / Grosse niaque / Résidence de théâtre

Grosse niaque, raconte la trajectoire drôlement désespérée d’une jeune femme de nos jours ou comment bien faire le deuil de l’omnipotence.

->>> 2 représentations publiques le mardi 8 octobre à 16h et à 20h

Maïa : « Il y a dix ans, j’ai écrit une cinquantaine de lettres de motivations. J’étais à la recherche d’une place dans la société. Je suis allée à des entretiens pour des postes, des stages, des formations… J’ai parfois été acceptée mais au dernier moment, je prenais la fuite. »

—–

11 décembre 2008

« Je vous envoie mon CV car je souhaite travailler au poste de diffusion de flyers aux dates annoncées dans l’annonce. Je suis disponible pour tous les créneaux horaires (matin et midi) sauf le lundi matin de 7H30 à 9H30. »

23 février 2009

« L’expérience originale et enrichissante de travailler dans un parc et de tenir un manège m’intéresse vivement. De plus les diverses expériences professionnelles que j’ai eues auparavant m’ont appris à m’adapter à de nouvelles situations. »

6 juillet 2010

« Je veux entrer à l’École du Samovar afin d’explorer le geste clownesque sous ses multiples formes. En d’autres termes, j’ai envie d’écrire des mots dans des carrés sur des ronds photocopiés peinturlurés que je crierai en haut de la montagne où j’aurais, habillée de ma culotte tricotée, monté ma table d’idées. »

—–

Bio

Maïa grandit dans les tissus, les espaces de jeux et les histoires, élevée par une costumière et un metteur en scène de théâtre.
Après avoir étudié la philosophie et suivi des ateliers d’écriture à Istanbul et Montréal, elle intègre, en 2010, la formation du Samovar où elle fait évoluer sa nature clownesque.
Elle y poursuit ce travail dans le cadre d’une année de création au cours de laquelle elle crée le solo La Débordante, qu’elle joue dans divers lieux.
Puis elle joue dans Décroche de la cie Augmented Magic (Cirque Electrique-Paris), dans CHC du Collectif Pez (Bruxelles) et crée avec Valentine Siboni, Parcours vers B, une performance pour le festival INACT (Strasbourg). Elle est également à l’affiche du film documentaire Tout va bien (réalisé par Emilie Desjardins et Pablo Rosenblatt).
Depuis 2015, elle co-dirige La compagnie désordinaire dont le deuxième spectacle est une création collective, Comment te dire, co-écrite et co-mise en scène avec Alexandre Pavlata (cie N°8) et soutenue par Arcadi.

Elle joue actuellement dans Comment te dire et travaille aussi pour la cie Tamérantong!

En parallèle, elle donne des ateliers et des stages de clown à des enfants, des adolescents, des adultes, des autistes et des psychotiques.

—–

Distribution

Écriture et jeu : Maïa Berling

Jean Luc Vincent : regard extérieur et dramaturgie

Collaboratrice artistique : Carole Fages

Production: La compagnie désordinaire

Co production : Le Service culturel de Morsang Sur Orge

Partenaires et soutiens : La Générale (Paris), le Silo (Méreville), le Samovar (Bagnolet). Avec le soutien de la Région Ile-de-France (dans le cadre de l’Aide à la Permanence Artistique et Culturelle des Organismes vivants)

Diffusion et administration  : des Organismes vivants