Vendredi 12 octobre / Slow Torments, ZOA 7ème édition / Danse contemporaine

Vendredi 12 octobre à La Générale, dans le cadre de la 7ème édition de ZOA, festival de danse contemporaine : Slow Torments, exposition de corps tourmentés de Vincent Lacoste, suivi d’un pot partagé avec les artistes.

– 19h à 21h : Slow Torments, exposition de corps tourmentés de Vincent Lacoste (Création)
– A 21 h : Pot partagé avec les artistes
-> Entrée libre

———-

Le cycle de performances Slow Torments expose des corps mis à l’écart, séparés du mouvement général de la société et du monde, soit par leur propre volonté, soit de manière subie. Le public est amené à circuler librement, entrer ou sortir, sachant que la durée de sa visite sera probablement plus brève que celle de la performance elle-même.

———-

Festival de danse contemporaine et de performances, ZOA encourage la prise de risque, l’audace, la curiosité, la liberté. ZOA offre aux créateurs et aux spectateurs une alternative au formatage et aux stéréotypes. Cette manifestation à dimension humaine, qui veut servir de tremplin aux artistes émergents dans la capitale, a lieu, en 2018, du 12 au 31 octobre.

À travers des formes hybrides, incrustées de textes, de musiques, de photos, de vidéos, d’images cinématographiques, des formes où les artistes – issus d’univers chorégraphique, théâtral ou plastique – adjoignent à la danse une dimension performée, le festival, sans tabous dans ses thématiques, fait écho à notre époque.

Slow Torments, ZOA 7ème édition » met à jour nos doubles conscients ou inconscients, creuse nos zones d’ombre, nos monstruosités, joue avec le genre, restitue avec fantaisie la transmission du père au fils au sein d’un projet documentaire, dédouble le cinéma coréen sur le plateau, plonge dans une étrange relation féminine où, à partir de la solitude, de la peau puis du contact, aimantation et répulsion se battent en duel,…

Une déambulation-exposition en sept étapes ouvre le festival. On y louvoie entre corps contraints, œuvres d’art, bibliothèque et bar. Ailleurs, un solo passe avec éloquence du rire aux larmes et à la danse. Deux complices féminines inventent un personnage à découvrir en solos et duo.
Sept pièces seront présentées dont quatre créations et deux premières en France. Ainsi qu’une reprise pour cause d’enthousiasme, le très troublant Men’s day, un feuilleté masculin-féminin de la cie Caminante.